LE PROJET DE LA FERME à Frontignan :

Ci-dessous veuillez trouver le PROJET de L'ECO FERME PILOTE tel que nous l'avons présenté à Monsieur Bouldoire ancien maire de Frrontignan en 2019.

                 COMMUNE DE FRONTIGNAN

Ré-insertion d'une petite exploitation d'élevage en milieu rural isolé.

Pratiques agro touristiques respectueuses de l'environnement.

 

CONTEXTE AGRICOLE SUR LE TERRITOIRE

Dans l'histoire du développement agricole, l’extension des élevages a permis de consolider de nombreuses grandes exploitations. Le revers en est la disparition des petits exploitants et la désertification rurale. Cette conjoncture s’est accompagnée d’une fragilisation importante du tissu économique et social local. En France, une exploitation agricole disparaît toutes les 30 minutes

(entre 2012 et 2015, source AGRESTE). L’activité économique agricole est aujourd’hui fragile.

Trop dépendante des subventions européennes et du pétrole, la profession est en crise. Les terres arables sont détournées de leurs fonctions vitales nourricières pour être vendus aux promoteurs.

La prise en compte de l’environnement et du changement climatique invite à améliorer nos pratiques agricoles, l'élevage et le tourisme rural. Moins de pollution des sols et des nappes phréatiques, moins de pesticides, moins d’eau pompée pour préserver les ressources, etc.

Cela invite également à choisir pour l’habitat et pour l'hébergement des animaux, des matériaux nobles, (la pierre, le bois) des systèmes d’énergies moins polluants, des équipements plus respectueux de l'environnement.

Au même moment de plus en plus de personnes sont en demande de produits et de prestations de qualité. Le public souhaite pratiquer des activités agro touristiques plus cohérentes vis à vis de l'humain et de la nature avec le moins d'impact possible.

Quelles solutions ? Pour vivre de son métier un petit agriculteur doit aujourd'hui faire preuved'originalité. D'où l'idée de créer une émulation autour de la ferme pilote cameline en offrant la possibilité aux visiteurs de pratiquer des activités à la ferme ainsi que sur la commune, ce qui profite à l'ensemble des acteurs locaux.

Obstacles : les terres agricoles sont souvent isolées des réseaux d'eau potable, d'électricité, du téléphone, très coûteux à acheminer pour la commune et pour l'agriculteur.

Solutions :

– L'autonomie électrique des abris par des systèmes d'énergies renouvelables.

– L'autonomie en eau potable avec la création d'un forage.

– Stocker et recycler les eaux pluviales.

– Choisir d'élever des animaux résistants et économes en ressources alimentaire

et hydrique ;

– Recycler les déchets dans le cadre d'une politique agricole de permaculture.

– Replanter et renouveler les espèces végétales adaptées aux nouvelles

conditions en prévoyant le futur.

– Accueillir le public de façon raisonnée en sensibilisant sur la protection de l'environnement.

1 HISTORIQUE DU PROJET

l'association DromaSud créé en 2010 est née d'une passion d'une mère et sa fille. Implantéesur la commune de Balaruc-Le-Vieux depuis 9 ans, l'association développe des activités ludiques,pédagogiques, et sportives au sein d'un club de loisirs. L'originalité du concept des balades découvertes à dos de dromadaire attire aussi beaucoup de curieux qui en profite pour découvrir larégion autrement.

L'activité « randonnée de pleine nature » a été cité sur de nombreux site internet, le catalogue Passe

Campagne des Gîtes de France, le Petit Futé, la Gazette, Hérault Tourisme, les Enfants à bord, le

Petit Moutard, Koifaire, Trip advisor, Gralon...

Les médias populaires comme France Bleu Hérault, France 3, le Midi Libre, le Journal communal de Balaruc Le Vieux ont été nos partenaires pendant 9 ans.

Aujourd'hui, pour des raisons de développement, il faut penser à délocaliser l'ensemble de la structure dans un espace adapté aux besoins d' une profession agricole.

DIAGNOSTIC : le climat de notre région est propice aux activités de plein air, pendant les vacances les visiteurs locaux et de l'extérieur s'adonnent encore plus volontiers aux pratiques extérieures. Des activités de pleine nature associées à des pratiques de tourisme rural permettent de découvrir sainement le potentiel et les richesses d'un territoire.

Les scientifiques prévoient une montée exponentielle des températures. Dans 60 ans, vers 2075 le Sud de la France sera aussi sec que le Sud de l'Espagne. La vigne souffre déjà, l'élevage de certains animaux devient difficile.

ACTIONS : il faut penser à l'avenir et sensibiliser les futures générations à de nouvelles productions végétales et animales. L'adaptation étant le propre de l'homme, n'attendons pas le dernier moment pour réagir et sachons anticiper sur le climat.

En 2017, le statut des camélidés a évolué, l'identification est devenue obligatoire en France.

Les activités chamelières sont actuellement considérées comme des activités équestres et deviennent de fait, des activités agricoles à part  entière (certifié par le ministère de l'agriculture). Cette reconnaissance « nationale » de l'animal ouvre de véritables perspectives professionnelles dans le cadre agricole.

En 2019, Coralie profite de « l' ascension sociale » des camélidés dans l'univers agricole français, et souhaite vivre de sa passion. Elle décide de créer sa propre exploitation en devenant chef exploitante agricole dans le domaine de l'élevage camelin qui reste encore confidentiel sur le territoire, mais qui ne fait que progresser. Riche de son expérience chamelière internationale, elle demeure profondément ancré à son lieu de naissance et plus particulièrement au fait de vivre au plus proche de « SA NATURE », celle que lui offre le massif de la Gardiole depuis 24 ans.

2 LE PROJET DE LA FERME CAMELINE

INTRODUCTION : grâce à notre expérience acquise depuis 10 ans au contact de nos animaux et aussi à l'international, nous sommes à même de concevoir un concept innovant agro touristique sur la commune de Frontignan dans l'Hérault.

Nous créerons ainsi la première éco ferme pilote cameline française. La ferme DromaSud, est uneentreprise individuelle agricole, dont Coralie Le Meur sera l'exploitante. La structure permettra principalement de promouvoir l'ensemble des activités liées à l'exploitation.

1- Localisation du terrain :

Parcelle AK 236 chemin de la Carriérasse.

Frontignan : avec environ 22 775 habitants la ville de Frontignan est située à 25 km de Montpellier, 8km de Sète, et à une encablure du cordon littoral méditerranéen. Pourvue de bons accès routiers, d'un réseau de transport en commun, d'une gare ferroviaire et d'un port, la commune profite d'une excellente situation dans la communauté d'agglomération Sète Agglopôle Méditerranée.

Atouts de l'implantation : situé sur le piémont Sud du massif de la Gardiole, en lisière d'une garrigue basse et claire semée, le terrain d'environ 3 hectares possède une partie d'environ 1 hectare avec bâti en zone Agricole et le solde d'environ 2 hectares constitué de garrigue en zone N. Au calme, entre vignobles, pinèdes et garrigues, le site est propice au développement d'activités de pleine nature.

Freins : Localisé dans un cadre semi-isolé sans électricité et sans eau, le terrain à l'abandon pendant des années est devenu un lieu de squat, avec une accumulation de déchets de toutes sortes qui se sont imbriqués et infiltre le sol (voitures, plastique, huile, peinture...). Le bâtiment souffre du manque d'entretien et de la perte de toit par endroit. Le site étant situé non loin d'un parcours de santé de la commune offre une bien triste image aux promeneurs locaux et étrangers.

 

2 - Les objectifs sociaux/économiques de la ferme :

Le projet de ferme pilote tourne autour de trois grands axes :

1) VALORISER la nature et le patrimoine. Participer au développement d'itinéraires d'activités de pleine nature, de découverte du patrimoine et des paysages locaux.

Action d' éco-pâturage (lutte anti incendies, coupe feu, bordure...).

– La valorisation du patrimoine naturel et architectural s’inscrit dans les objectifs de l'exploitation avec le maintien de la végétation en y ajoutant la maîtrise et la gestion de nouvelles espèces méditerranéennes. Un sentier pédagogique permettra d'éviter le piétinement des zones à respecter et de pouvoir déambuler en toute quiétude au milieu des espaces semi naturels.

2) PARTAGER une passion et privilégier l'accueil des personnes.

– L'accueil du public le plus large passera par une phase obligatoire de sensibilisation orale avec la transmission d'un document récapitulatif (plan, consignes, objectifs...).

L'entrée sera payante avec une tarification modeste à la portée de toutes les bourses mais la capacité d'accueil sera limitée. L'exploitante souhaite recevoir les visiteurs en tant que VIP. En effet, les personnes sont en attente d’une découverte, voire d’un émerveillement qu’ils auront peine à ressentir si il a trop de monde.

3) DEVELOPPER des activités qui participent à l'économie locale. 

Lier des partenariats avec les acteurs sociaux du territoire par l'intermédiaire des associations dans le cadre d'actions locales ciblées (événements associatifs, festifs, caritatifs,accueil des enfants et personnes handicapées...).

« Le projet agricole rentre dans le cadre d'actions à mettre en oeuvre avec et au service de la collectivité. Les animaux sont de puissants vecteurs de communication. La pratique régulière d'activités de pleine nature permet de se ressourcer, de se soigner, de s'éduquer et de promouvoir des comportements écocitoyens positifs. »

      Le support de la ferme apportera tout cela.

3 - Les objectifs généraux :

– Faire découvrir la structure aux enfants des écoles, des centres de loisirs, mais aussi aux familles, aux CE, aux personnes âgées et handicapées.

– Privilégier l'accueil des habitants de la commune avec une politique tarifaire différenciée

– Mettre en avant le potentiel des animaux dans le cadre de visites en médiation animale (atelier de médiation de personnes en souffrance, en réinsertion, en période difficile...)

– Promouvoir des activités écotouristique (Eco pâturage, promenades) en ciblant le public le plus large possible (clientèle locale, nationale et internationale).

– Participer au développement d'itinéraires d'activités de pleine nature, de découverte du patrimoine et des paysages : capitelle, vignes, étang, mer...

– Créer des partenariats avec les différents acteurs locaux (producteurs, agriculteurs, restaurateurs, hébergeurs, communication, enseignants, association....).

4 – Projets de fonctionnement et paysagers de la structure :

différents aménagements, s'intégreront harmonieusement dans le terrain actuel :

– le système de « ferme active » sera repris pour les camélidés et les équidés. Ce concept éprouvé depuis 15 ans en Allemagne permet aux animaux de jouir de modes d' hébergements légers confortables sur des superficies assez réduites, grâce à des aménagements spécifiques ne représentant pas de volumes importants.

– Abris réversibles en bois, système d'alimentation régulé, parcours et enclos qui sollicitent le mouvement.

– Mise en oeuvre progressive d'un processus de permaculture (résilience entre la nature, l'activité humaine et l'élevage) par recyclage de l'eau pluviale et des crottins.

– Constitution d'un sentier pédagogique qui passera par les différents pôles de la structure.

– Optimisation des espaces à vocation agro-sylvo-pastoraux.

– Une partie du terrain, recevra une aire de pique nique avec poubelle à tri. Installation de toilettes sèches pour la partie ERP PA.

– Espaces dédiés aux activités équestres et camelines (carrière, rond de longe).

5 - Les différents projets d'activités :

l'activité principale agricole est concentrée autour du développement de l'élevage camelin avec une gestion raisonnée des naissances et la valorisation du cheptel dans l'objectif d'organiser des prestations avec les animaux de l'élevage :

– l' élevage (reproduction, cycle de vie, éducation, valorisation, vente...),

– éco-pâturage avec élevage à 60 % en extensif,

– pension d'équidés et camélidés (gardiennage et valorisation),

– la ferme pilote (accueil, visite pédagogique, balade agro touristique...),

– vente de produits dérivés (laine, lait, plantes aromatiques, harnachement, autres...)

6 - Les besoins sur le site :

Le concept de «structure permacole» va s'appliquer sur la partie bâtie du terrain qui concentrera l'ensemble des activités humaine et animalière dans le respect de la réglementation en vigueur (codede l'urbanisme, code rural, code du tourisme). Plus on s' éloignera de ce centre névralgique, plus on ira vers la nature.

a- Etat des lieux de l'existant : le site comprend à ce jour des installations bâties existantes depuis 1988 en zone agricole :

– 1 hangar agricole en dur de construction en parpaings, comprenant écurie, stockage de nourriture, club house, sellerie, bureau, sanitaire, local du gardien, atelier (sans toit),cuve à eau, habitation de l'exploitante (sans toit)

– une carrière avec mur en dur de 40 m x 20 m

– une carrière matérialisé au sol de 40 m x 20 m

– un rond de longe avec mur en dur de 20 m de diamètre

– un abris en dur de 11 m x 3m (sans toit)

– un chemin d'accès goudronné et gravier.

b - Travaux à prévoir :

Sécurisation d'une partie du site par une clôture répondant à la législation.

Réfection des toits qui ont disparus (pillage après abandon).

Energies renouvelables.

Réalisation d'un forage aux normes ERP.

Stockage et recyclage de l'eau pluviale.

Système d'épuration autonome.

Toilettes sèches pour la partie ERP PA.

Stabilisation d'une zone de parking et des sentiers (graviers, sable, terreau...)

Clôture en bois et électrique démontable pour les enclos et parcs des animaux.

Abris bois pour les animaux d'espèces domestiques.

Gestion des déchets agricole et humain (valorisation en permaculture, tri sélectif)

PERSPECTIVES

Ce projet novateur par excellence ajouterai une plus value sur le territoire face au développement touristique essentiellement tourné vers la mer et les produits de la vigne.

L'exploitante souhaite accueillir des activités de pleine nature tout en protégeant le foncier agricole. L'exploitation participera à une synergie de l'économie durable.

c- Les besoins humains : 1 personne responsable à temps complet jour et nuit.

1 à 2 personnes en emploi saisonnier. Actions de bénévolat.

Coralie Le Meur sera l'exploitante agricole soutenue en qualité d'aide familiale par sa mère.

7 - Le parcours avec les institutions :

Le projet est soutenu par la chambre de l'agriculture de l'Hérault ainsi que par la direction générale de la SAFER de l'Hérault.

– rencontre et présentation du projet au pré du service urbanisme de la commune,

– rencontre et présentation du projet au SIVOM de Frontignan,

– rencontre avec Monsieur le maire de Frontignan.

8 - Les démarches effectuées à ce jour :

– études et recherches pour la réalisation d'un forage ERP

– réalisation par un géomètre, des limites du bâtiment agricole ainsi que des limites des terrains,

– visite et diagnostic des lieux par un professionnel de l'immobilier dans le cadre du contrat de bail à fermage,

– signature du bail de fermage au mois de Mars 2019,

– établissement d'un contrat d' assurance multirisque pour un bâtiment agricole et contrat d'assurance de Responsabilité Civile Professionnelle couvrant les activités de l'exploitante,

– prise de contact avec le SPANC de l' Agglopôle Sète Méditerranée,

– étude des sols dans le cadre de la réalisation d'un système d' assainissement 

– réponse et avis favorable du SPANC,

– entretiens et échanges avec le service urbanisme de la mairie (techniciens et élus)

– rencontre et visite avec les pompiers afin de définir l'emplacement de la réserve d'eau dans le cadre de la protection des incendies,

– rencontre avec une conseillère de la DDTM dans le cadre de l'accès aux PMR,

– rencontre avec un architecte pour la présentation globale du projet,

– rencontre à Montpellier avec un conseiller architecte du CAUE Occitanie, dans le cadre de la réhabilitation du bâtiment agricole sur le site,

– visite sur le site du policier municipal en charge de la protection de la garrigue,

– entretiens et échanges avec le service juridique de la mairie pour la réaffectation des animaux,

– envoi par la mairie du dossier de déclaration préalable au pré des ARS de l'Hérault dans le cadre de la réaffectation de l'élevage sur le site,

– rencontres et visites sur site avec les bénévoles de l'association Thau Energie Citoyenne pour la définition du projet visant à la production d'énergies renouvelables (panneau voltaïque),

– rencontre sur le site d'une personne représentante du service foncier de la commune accompagnée de deux policiers municipaux (visite état des lieux),

_ avis favorable des ARS pour la réaffectation de l'élevage.

_ 8 mars 2020 déménagement des animaux depuis Balaruc à Frontignan. 50 personnes accompagnent les dromadaires pour une marche conviviale.

_ 16 mars confinement du à la pandémie du Covid

_ 1 juillet reprise des activités de promenades sur le massif de la Gardiole et accueil des premiers stagiaires.

_ incendie entre vigne et garrigue avec évacuation de la population et des animaux (perte internet)

_ Fin septembre rencontre avec le nouveau maire...

9 -Travaux réalisés sur le site :

 Tous nos efforts se sont portés sur le grand nettoyage du terrain. Il a fallut faire retirer 7 carcasses de voitures, ainsi que le socle d'un mobil home complètement écroulé. Nous avons enlevé des centaines de mètres cubes de divers déchets accumulés pendant plusieurs années dans le bâtiment et dans le sol.

A l'extérieur comme à l'intérieur, nous avons du désinfecter l'ensemble du bâtiment qui avait à première vue héberger de manière précaire de nombreux animaux.

A l'extérieur nous avons commencé des actions de débroussaillage, de sécurisation des accès, et implanter des poteaux bois pour les enclos afin de recevoir nos animaux.

A l'intérieur toute l'écurie a été revue, box par box, pour pouvoir accueillir les dromadaires et les chevaux dans de bonnes conditions. 

La salle d'accueil est devenue pour l'instant un grand préau faute de pouvoir investir dans de nouvelles fenêtres. 

Le logement du gardien a été entièrement vidé de son contenu (matériel entassé depuis des années) avant un réaménagement permettant le gardiennage 24h/24.

CONCLUSION après 8 mois d'installation :

     Aujourd'hui, malgré tous ces efforts, il reste encore énormément à faire sur le site pour recevoir le public. Nous souhaiterions avant d' engager des gros travaux onéreux qui vont impliquer des crédits, avoir moins de réticence vis à vis du service urbanisme.

Notre projet et cohérent avec le statut agricole du site, la ferme pourrait profiter à tous de façon raisonnée, nous avons l'énergie nécessaire et toute la sympathie de nombreux Frontignanais, ne manque plus que  la bienveillance du nouveau maire.